Vers la fin des années 1990, les étudiantes et étudiants à temps partiel n’étaient plus admissibles aux prêts offerts par le Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO), et les subventions pour frais de garde d’enfants offertes aux étudiantes et étudiants ayant des responsabilités parentales ont été démantelées. L’inadmissibilité au RAFEO entraîne une série d’autres conséquences négatives pour les étudiantes et étudiants à temps partiel, puisque le RAFEO sert souvent de critère d’admissibilité pour d’autres formes d’aide financière aux études qu’offrent les collèges et universités individuels.

Dans de nombreux cas, ces étudiantes et étudiants sont obligés de passer à des études à temps partiel pour réduire leurs dépenses d’études immédiates et augmenter leurs revenus d’emploi. Dans certains cas, les étudiantes et étudiants ayant personnes à charge ou des obligations familiales ou personnelles doivent faire des études à temps partiel en raison des exigences de leurs circonstances.

Les étudiantes et étudiants ont remporté une victoire en 2010 lorsque le gouvernement provincial a annoncé qu’il offrait une nouvelle subvention de 500 $ à certains étudiants et étudiantes à temps partiel. La Fédération continue de demander qu’on accorde aux étudiantes et étudiants à temps partiel le même accès à l’aide financière que les étudiantes et étudiants à temps plein, puisque l’admissibilité devrait être déterminée selon le besoin financier et non selon le nombre de cours.