Étudiantes et étudiants des Premières nations, métis et inuits

L’héritage du colonialisme, des pensionnats, et du racisme systémique a engendré une multitude d’obstacles sociaux et économiques concernant l’accès à l’éducation postsecondaire pour les peuples autochtones. Le droit à l’éducation des peuples autochtones est un droit issu de traités reconnu par la Constitution canadienne. Malgré l’obligation du gouvernement d’assurer l’accès à l’éducation, l’inaction sur une échelle vaste ainsi qu’une bureaucratie décourageante ont empêché de nombreux Autochtones de fréquenter un collège ou une université.

Par l’entremise du Groupe modulaire des étudiantes et étudiants autochtones, la Fédération entreprend des recherches sur les options en matière de politique qui s’adressent à la sous-représentation de la population étudiante autochtone dans les collèges et universités.   La Fédération s’engage également dans la recherche visant à intégrer les données sur les effets du colonialisme et de l’oppression systémique sur les communautés autochtones dans le contexte des enjeux reliés à l’équité et au travail de base des campagnes de la Fédération. Ce travail se manifeste dans le matériel ainsi que les recommandations en matière de politique qui font partie de la campagne Étudiantes et étudiants pour la justice, qui vise à assurer l’accès et le soutien pour la population étudiante autochtone.   Lorsque ces étudiantes et étudiants peuvent accéder à l’aide financière de la part du gouvernement et obtiennent un diplôme collégial ou universitaire, ils deviennent des chefs de file dans leur domaine et continuent d’apporter des contributions significatives à leurs communautés.